Formation & Recherche opérationnelle

A l’heure actuelle, se former dans le numérique et apprendre à coder sont parmi les moyens les plus efficaces de trouver un emploi et de réussir dans l’économie moderne

La France et l’Europe font face à une pénurie de compétences dans les métiers de l’IA qui sont les filières d’avenir dans lesquelles on assiste à une explosion des offres d’emploi- avec une ouverture grandissante aux talents africains qui peuvent désormais travailler à domicile (sans quitter leur pays).Si les débouchés ne sont pas encore aussi nombreux en Afrique, la rapide transformation numérique des économies du continent encourage à mener des actions en faveur du développement des compétences dans ces nombreux secteurs, dont l’IA.

Renforcer un Leadership et le Management de l'IA

Au travers du pôle « Formation et Recherche », l’AFRIA vient compléter les offres déjà en place dans les universités et les écoles privées, où l’on peut se former aux métiers du numérique et de l’IA : certification, licence, master. L’idée n’est pas de développer des produits de formations concurrentielles, mais de proposer une offre non présente à des besoins partiellement ou non couverts.
En synergie avec le pôle « Gouvernance », on cherchera à renforcer le leadership et les compétences de management de l’IA des dirigeants et cadres du service public et du privé qui seront en charge de projets, complexes e de nouveaux formats, où le numérique et l’IA sont intégrés/centraux.
S’adressant à ce même public, et s’appuyant sur des partenaires techniques stratégiques, l’AFRIA pourra développer des produits de formation pour développer des compétences techniques très spécifiques, associées à des cas d’usage, dans le champs du bigdata, machine learning, etc.
On pourra également, faciliter l’accès à des formations nouvelles, dans le cadre de conventions signées avec des établissements d’enseignement supérieur (ex : ESTIA) qui permettent aux étudiants Africains de bénéficier de tarifs négociés.

Formation & Recherche opérationnelle

Augmenter l'accès des femmes aux métiers de l'IA

Augmenter l'accès des femmes aux métiers de l'IA

Dans le monde, seulement 22% des professionnels de l’intelligence artificielle sont des femmes.
Les femmes sont « 25 % moins susceptibles que les hommes de savoir comment tirer profit des technologies numériques à des fins simples, 4 fois moins susceptibles de savoir comment développer et 13 fois moins susceptibles de déposer un brevet technologique » .
L’AFRIA souhaite participer aux efforts pour renverser cette situation, sachant qu’en Afrique, où près de 25% des femmes sont entrepreneuses , le développement de leur compétences numériques est indispensable pour impacter la croissance économique.
Pour cela, l’AFRIA mettra en place des partenariats stratégique avec des acteurs locaux qui œuvrent sur ce sujet. Par son réseau sur plusieurs pays au sein de l’espace francophone, l’AFRIA agira comme catalyseur pour permettre des mises à échelle et ainsi renformer l’impact de ces initiatives.
Conscient des bonnes pratiques et des actions, plus nombreuses, en place en Afrique anglophone, l’AFRIA pourra se rapprocher de certains organismes afin d’être leur partenaire pour étendre l’impact sur les territoires francophones.

Nos partenaires

Faire découvrir l'IA aux plus jeunes et aux aînés

Pour que le numérique et l’IA se développent dans toutes les couches socio-économiques urbaines et rurales en Afrique, il est indispensable de faire découvrir ces nouvelles technologies, les sciences sur lesquelles elles s’appuient et d’exemplifier leur usage dans le quotidien.
En lien avec le pôle « Communication et Média », et s’appuyant là encore sur des acteurs locaux engagés dans des activités à destination du grand public, le pôle « Formation et recherche » visera à renforcer l’impact d’initiatives offrant aux communautés qui n’ont pas un accès privilégié aux sciences et à l’informatique de mieux comprendre l’IA.
Ces actions pourront cibler deux publics clé : les jeunes au collège et lycée qui préparent leur orientation scolaire/universitaire et professionnelle ; et les personnes âgées, parmi lesquels on compte souvent des leaders traditionnels, qui sont des boussoles éthiques et morales dans les familles et les communautés- et dont la compréhension de l’IA peut faciliter l’adoption dans la société.