Contexte

Les promesses et les risques des sciences et technologies de l’IA sont de plus en plus débattus dans nos sociétés. L’intégration de l’IA a déjà commencé, souvent à l’insu des utilisateurs, dans les activités quotidienne de chacun, mais aussi celles des organisations publiques ou privées.

L’intégration de l’IA a déjà commencé, souvent à l’insu des utilisateurs, dans les activités quotidienne de chacun, mais aussi celles des organisations publiques ou privées. Il devient essentiel d’accompagner les dirigeants, les entrepreneurs et le public dans la réflexion autour de ce qui fait débat : biais, discrimination, automatisation, captation de l’attention ou mise en place d’une nouvelle forme d’ « agentivité technique » susceptible de transformer/disrupter en profondeur les systèmes sociaux.

Impact de l'IA sur les ODD

L’Intelligence artificielle (IA) est actuellement identifiée comme une des plus grandes opportunités de croissance dans le monde. Il est estimé que le PIB mondial augmentera jusqu’à 14% d’ici 2030, grâce à son développement.
Alors que cette relativement nouvelle technologie prend de l’ampleur, les gouvernements élaborent des politiques afin d’en exploiter le potentiel pour leurs économies nationales et mettent en place des stratégies nationales d’IA pour utiliser l’IA afin de stimuler la productivité et la compétitivité, et de devenir un pays leader de cette 4éme révolution industrielle.
Dans les pays du Sud, et notamment en Afrique, l’IA est investie par les gouvernements et leurs partenaires multilatéraux, non-gouvernementaux, privés et de la société civile, pour augmenter l’impact des interventions ciblant les 17 Objectifs du Développement Durable (ODD).
Des recherches récentes (2020) ont permis de documenter le potentiel de l’IA, soit comme catalyseur ou inhibiteur sur chacun des ODD (cf. illustration) et en évaluent un impact très positif sur la société, l’économie et l’environnement.

Le rôle de l’IA dans l’atteignement des ODD

Source : Vinuesa, R., Azizpour, H., Leite, I. et al., The role of artificial intelligence in achieving the Sustainable Development Goals Nat Commun 11, 233 (2020)

SDG and AI

Mieux faire connaître l'IA en Afrique francophone

Il faut encourager la création de nouveaux canaux de communication et d’information spécialisés dans « l’IA et les ODD ».Et de manière vitale, il faut réduire la fracture numérique et accélérer la formation à destination de divers publics : dirigeants politiques, chefs d’entreprises, universitaires, populations rurales et du grand public.
Au même titre que les autres continents, il est stratégique pour l’Afrique de renforcer ou d’accélérer le développement de ses capacités en intelligence artificielle (IA). Il est d’autant plus stratégique que ce développement s’opère tout en garantissant la souveraineté des Etats et le bien commun.

Accompagner la gouvernance de l'IA et les écosystèmes collaboratifs

Les pays qui n’ont pas encore développé leur propre stratégie ni de compétences dans les technologies de l’IA sont tributaires de solutions externes, qui sont décolérées de la réalité locale et ne répondent que partiellement aux besoins. Ces solutions n’intègrent généralement pas les dimensions culturelles et sociales de pays qui les importent, et encore moins les attentes des populations les plus précarisées mais aussi les plus éloignées de ces outils (agriculteurs, producteurs, etc.).

Pour que personne ne soit laissé au bord du chemin dans la construction de cette économie de la connaissance (et culture de la data) tirant partie de l’IA, il faut revoir les écosystèmes pour les rendre encore plus collaboratifs, multidisciplinaires et multipartites.
Il est indispensable d’accompagner la gouvernance de l’IA, notamment dans l’élaboration de cadres éthiques et normatifs dans lesquels accueillir les innovations en IA, de manière responsable et maîtrisée.